Logo_CAL_03_trsp
constructionclr_02

Mises à jour fréquentes !

Recherches sur le site

Dernière mise à jour le 24/06/10 18:57:33

Merci à tous les internautes qui plébiscitent ce site !

Visiteurs depuis le 3/11/03 :

 

élections
Le CAL,
créé le 3/11/03,
est soutenu par
110 députés,
ainsi que de nombreux sénateurs,
maires et élus, associations,
clubs, sites Web,...
DE TOUS BORDS POLITIQUES !

BRAVO,
LE CAL !

award_04
“J’ai pris connaissance du rapport 2005 ainsi que du sondage express avec intérêt
(Eric Besson, Secrétaire d’Etat, 19/10/07)

award_04
“Je tiens à vous féliciter pour la qualité de vos travaux”
(Dominique de Villepin, Premier ministre, 2/8/05)

award_04
“Le site web du CAL est un petit bijou d’expression citoyenne”
(Libération, Marie-Joelle Gros, 27/10/04.)

award_04
“A tout seigneur tout honneur, Le site web du CAL est très complet”
(Le Monde, JB de Montvalon, 13/05/05.)

“Le problème du pouvoir absolu, c’est que quand il se trompe, il se trompe absolument”

Maurice LEROY, député du Loir et Cher, et Membre du CAL

Collectif des Amis du Lundi
10 rue Denis POISSON
F-75017 PARIS

Contacts :
Jean Dionnot, Président,
06 07 15 79 57
 
Etienne Neuville
Secrétaire Général
06 28 06 67 65

Sophie Boiré, Attachée de Presse
 

Logo CNIL
Déclaration CNIL n° 1051802

reward_01A l’honneur pour Avril 2005 :

M Jean-Louis Christ député
 du Haut-Rhin

pour son inlassable et courageuse action en faveur du lundi de Pentecôte

pape

“La justice d’un système économique doit être appréciée d’après la manière dont on rémunère équitablement le travail humain dans ce système”

Jean-Paul II, Laborem exercens, 1981

reward_01A l’honneur pour Février 2005 :

 L’Association des St Léger

Les 12 membres du CA, dont de nombreux élus, soutiennent le CAL, et les villageois emboîtent le pas !

reward_01A l’honneur pour Octobre 2004 :

M Luc BINSINGER, Maire de St Nicolas de port : plus de 1000 pétitions signées sur St Nicolas de Port !

“Nul ne peut être astreint à accomplir un travail forcé ou obligatoire.”

Traité de Nice, Article II-65-2.

reward_01A l’honneur pour Mai 2006 :

M Philippe Baumel, Maire du Breuil et vive président du conseil général de Bourgogne

pour le maintien du lundi de Pentecôte au Breuil, malgré les menaces et le référé de M. le Préfet de Saône et Loire !

reward_01A l’honneur pour Mai 2007 :

La CFTC Paris,
pour son combat courageurx, constant, aux côtés des salariés, pour le maintien du lundi de Pentecôte !

9 avril 2008 : le lundi de Pentecôte redevient chômé ! C’est une victoire collective, obtenue par l’action de milliers de citoyens, au premier rangs desquels se trouve le CAL !

Le CAL remercie tous les citoyens, toutes les associations, tous les élus, tous les internautes, qui l’ont soutenu pendant ces quatre années : le victoire de ce jour - même s’il faut continuer - est notre victoire à tous !

 

 Insc/désinsc mail-list

Recommander

Favoris

Qui se souvient encore de la “journée de solidarité ? En 2010, ne serait-il pas temps d’abroger définitivement cette verrue législative absurde, injuste, inefficace ?

 

Pentecôte 2010 : ce qu’il faut retenir.

article_2505-ECO09-PENTECOTE- le lundi de Pentecôte est maintenant chômé par quatre salariés sur cinq. (Il faut rappeler que la taxe Pentecôte ne concernait que les salariés, qui étaient donc censés payer les maisons de retraite des grands parents des députés, non concernés par cette taxe, par exemple.) Selon un sondage IFOP, seuls 18% des salariés du privé et 16% des salariés du public ont déclaré qu'ils travailleraient lundi 24 mai 2010, contre respectivement 43% et 44% en 2005. Pour l'ensemble des actifs disposant d'un emploi, le taux d'activité sera de 20% lundi, contre 44% il y a cinq ans.

- l’argent de la taxe ne revient pas en totalité aux personnes âgées. Le CAL a été parmi les premiers à dénoncer le jeu de vases communicants joué entre la CNSA et la Sécu : à l’engagement du premier a correspondu dès la première année le désengagement du second. L’étendue des missions de la CNSA a augmenté l’opacité de l’affectation des fonds. Tout récemment (mai 2010), Laurence Dumont, présidente de la mission d'enquête sur les fonds du lundi de Pentecôte, a lancé un nouveau pavé dans la mare en affirmant que « la sanctuarisation des fonds promise par Jean-Pierre Raffarin n'a pas été respectée » et qu’une partie des sommes collectées est utilisée à d'autres fins. 150 millions d'euros auraient ainsi servi à colmater le trou de la Sécurité sociale en 2009.

- la prise en charge de la dépendance n’est toujours pas abordée. Nicolas Sarkozy, qui avait fait de ce point un des arguments de sa campagne présidentielle, avait annoncé que ce dossier ferait l'objet d'un projet de loi dès 2008. Mais au début de l’année 2010, il a indiqué qu'il ne serait abordé qu'une fois la réforme des retraites achevée. Face aux manques qui s’annoncent, certains plaident déjà pour une seconde journée dite “de solidarité” (les élus de droite de l'Association des départements de France (ADF), réunis à Chartres ce 26 mai 2010).

- la journée dite “de solidarité” n’est en fait qu’une nouvelle taxe sur les salaires : que les salariés travaillent ou pas, la taxe est perçue par l’Etat, ce qu’explique bien Joseph Thouvenel, de la CFTC, dans cette interview de France info.

 

Conclusion, profitez bien du week end !

journal-29c299Les articles sur la pentecôte 2010 : ce lien

La journée dite “de solidarité” vue avec humour par Tanguy Pastureau (RTL)

 

hotOù en est le dossier ?


Bout_rougeLa loi Raffarin n’est toujours pas abrogée : les salariés sont toujours astreints à 7 heures de travail obligatoire non rémunéré, journée de corvée dite “de solidarité”.

Bout_rougeLa loi Léonetti votée le 9 avril 2008 dispose que le lundi de Pentecôte est redevenu normalement chômé (il n’avait jamais cessé d’être férié), et que les entreprises ont une liberté totale d’organisation de cette journée, que ce soit pour le choix du jour ou pour le fractionnement.

Bout_rougeUne majorité de plus en plus large d’entreprises a choisi soit d’offrir cette journée aux salariés, soit de supprimer un jour d’ARTT. Toutefois, certaines entreprises ont choisi de maintenir le lundi de Pentecôte travaillé : rapprochez-vous de vos partenaires sociaux (CE, syndicats) pour modifier cet état de chose !

Bout_rougeDepuis le début, le CAL demande l’abrogation de cette loi absurde et son intégration cohérente au 5° risque, promis par le Président Sarkozy. La réflexion sur le 5° risque se poursuit , mais le dossier est encore loin de son aboutissement.
 

 

Financement de la dépendance : la majorité veut mettre les retraités à contribution (Les échos – VC/EF - 23/06/2010)

020622134739_webLa commission des Affaires sociales de l'Assemblée préconise une hausse de la CSG acquittée par les retraités imposables pour financer la dépendance des personnes âgées. L'Elysée veut aussi les mettre à contribution. Les aides devraient être recentrées sur les personnes les plus dépendantes et les moins fortunées. Les députés prônent une assurance obligatoire

Epargnés par la réforme des retraites, les retraités seront mis à contribution pour financer la dépendance des personnes âgées. Cette solution est défendue par les députés de la majorité et elle est également mise en avant à l'Elysée. Une loi doit être votée cet hiver pour mettre en place un cinquième risque de Sécurité sociale, celui de la dépendance, aux côtés des branches maladie, retraite, famille et accidents du travail. Objectif : financer cette nouvelle dépense sans creuser encore les déficits. Une mission de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale, présidée par Valérie Rosso-Debord (UMP), avance des réponses dans un rapport publié aujourd'hui et qui ne devrait être adopté que par les élus de la majorité.

Un coût qui explose

Première préconisation : faire appel aux retraités pour faire face à l'explosion du coût de l'allocation personnalisée d'autonomie (APA) dont bénéficient les personnes âgées dépendantes. Les dépenses progressent de plus de 5 % par an avec le vieillissement de la population. Deux recettes sont aujourd'hui affectées à l'APA : une fraction de 0,1 point de la CSG et la contribution solidarité autonomie (CSA), issue de la journée de solidarité mise en place après la canicule de 2003. Ces recettes « ne permettent aujourd'hui de financer que 30 % de la prise en charge, abandonnant aux départements la majeure partie d'une dépense qu'ils ont de plus en plus de mal à assumer », souligne le rapport. Les députés recommandent d'aligner le taux de CSG réduit dont bénéficient les retraités imposables (6,6 %) sur celui des actifs (7,5 %). Les autres retraités sont soit exonérés de CSG soit paient un taux encore plus réduit (3,8 %). L'idée de relever le taux de CSG des retraités imposables est défendue de longue date par la CFDT. Et depuis peu au sommet de l'Etat. « Les retraités devront être mis à contribution pour financer la dépendance », confiait-on à l'Elysée, il y a quelques jours, pour justifier le fait qu'ils ne le sont pas dans le cadre de la réforme des retraites.

Recentrer l'APA

Autre proposition phare : faire payer la CSA à l'ensemble des Français, alors qu'elle est acquittée par les seuls salariés. Les artisans, les professions libérales et indépendantes, les agriculteurs et les retraités, aujourd'hui exemptés (ce qui avait suscité de longues polémiques en 2003), seraient mis à contribution. Le rendement escompté de ces deux prélèvements est d'environ 2 milliards d'euros.

Le rapport propose en outre de rendre obligatoire « dès 50 ans » la souscription d'une assurance privée (lire ci-dessous). Mais pas question, comme le demandent les assureurs, de l'encourager par des incitations fiscales. « L'état des finances publiques ne nous permet pas de créer de nouvelles niches fiscales », tranche la députée de Meurthe-et-Moselle. Elle préconise ensuite de recentrer l'APA « sur ceux qui en ont le plus besoin ». Les moins fortunés, d'abord. Un « droit d'option » serait mis en place pour les personnes dont le patrimoine dépasse 100.000 euros. L'allocataire aurait le choix entre une APA à taux plein « à condition d'accepter un droit de reprise sur sa succession future, plafonné à 20.000 euros » et une allocation « diminuée de moitié mais sans reprise sur sa succession ». De quoi « générer un certain nombre d'économies bienvenues ».

Les plus dépendants, ensuite. Il faudrait concentrer l'allocation sur les cas les plus lourds, ceux qui sont classés dans les catégories de GIR 1 à 3. Les GIR 4 ne toucheraient donc plus l'APA. Il s'agit des personnes âgées qui peuvent se déplacer à l'intérieur de leur logement, mais qui doivent parfois être aidées pour leur toilette ou leur habillage.

 Les principales propositions

La mission d'information de l'Assemblée préconise un recours sur succession pour les bénéficiaires de l'allocation personnalisée d'autonomie (APA) dont le patrimoine dépasse 100.000 euros. Celle-ci serait désormais réservée aux cas de dépendance les plus lourds.
Le taux de CSG réduit dont bénéficient les retraités s'acquittant de l'impôt sur le revenu devrait être aligné sur celui des actifs. La contribution solidarité autonomie serait étendue aux retraités, professions libérales et agriculteurs, qui en sont exemptés aujourd'hui

 

 

 

 

diaboloQuestion : Combien croyez-vous que de députés étaient présents à l’assemblée ce lundi de Pentecôte 2010 ?
Aucune séance n’était prévue à l’Assemblée ce 24 mai 2010, comme l’indique l’agenda de l’Assemblée, pas plus qu’aucun rendez vous n’était prévu sur l’agenda présidentiel. La “solidarité”, c’est mieux quand c’est pas à sens unique !

 

hotPentecôte 2010 : tous les salariés en grève le Lundi de la Pentecôte sont couverts par le mot d’ordre de grève déposé par la CFTC ! - Communiqué officiel ci-dessous. N’hésitez pas, mode d’emploi sur ce lien ! (attention, le droit de grève n’est pas à confondre avec l’absence injustifiée, voir ce lien)

Voir les articles du lundi de Pentecôte 2010

La Pentecôte, un jour férié qui sonne faux

Clicanoo.com, 20 mai 2010

laposte
A La Poste, inutile d’attendre, tous les bureaux seront fermés lundi... (photo d’archives)

La canicule de 2003 est déjà loin, mais les variations sur le thème du lundi de Pentecôte la rappelle à notre bon souvenir. Avec cette question existentielle : lundi, c’est férié ou pas

C’est un marronnier. A l’approche du lundi de Pentecôte, c’est toujours la même question qui se pose : “Bon alors, on bosse ou on bosse pas ?”. Les règles du jeu ont tellement changé qu’il faut chaque année repréciser celles instituées par le gouvernement Raffarin (loi du 30 juin 2004), un an après que la canicule qui a frappé le troisième âge en métropole. Une chose est sûre : les travailleurs et les travailleuses doivent toujours une journée de solidarité aux personnes âgées. Pour être tout à fait précis, ce jour relatif à la solidarité pour l’autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées a pour objectif d’assurer le financement des actions en faveur de ces personnes. Il prend la forme d’une journée supplémentaire de travail non rémunérée pour les salariés. Jusqu’en 2008, cette journée était fixée au lundi de Pentecôte. Mais depuis la loi du 16 avril 2008, la journée de solidarité n’est plus nécessairement fixée au lundi de Pentecôte. Désormais, les modalités d’accomplissement de cette (folle) journée sont fixées par accord d’entreprise ou d’établissement ou, à défaut, par accord de branche. C’est l’article L. 3133-8 du Code du travail qui le dit. Du coup, la journée de solidarité peut se plaquer sur un jour férié précédemment chômé, à l’exclusion du 1er-mai. Elle peut aussi être donnée en sacrifiant un jour de RTT. Troisième possibilité : travailler 7 heures en supplément de ses horaires habituels, conformément aux dispositions conventionnelles ou aux modalités d’organisation des entreprises.

La CFTC appelle à la grève nationale

A défaut d’accord collectif, les modalités sont définies par l’employeur, après consultation du comité d’entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel s’ils existent. Pour résumer, le lundi de Pentecôte peut correspondre à la journée de solidarité ou pas. Tout dépend de l’accord collectif ou de ce que l’employeur aura décidé. Donc, pour tous les salariés soumis à un horaire collectif de travail, il s’agit de faire son job sept heures durant, et gratuitement, pour l’entreprise qui, elle, a déjà versé son obole au gouvernement. Pour les salariés à temps partiel, il faut tout recalculer : la limite des sept heures est réduite proportionnellement à la durée de travail applicable à leur contrat. Chez les syndicats, le principe d’une aide uniquement versée par les salariés reste difficile à admettre. La CFCT a appelé par communiqué à la grève nationale, lundi, afin de “couvrir tous les salariés qui choisiront la vie familiale, associative, personnelle ou spirituelle à l’occasion de ce 24 mai”. Le syndicat “rappelle que le financement de la Caisse nationale solidarité autonomie (CNSA) est assuré par un prélèvement mensuel de 0.3% (...) Cette taxe sur les salaires étant perçue que l’on travaille ou non, le lundi de Pentecôte”. La CFTC dénonce donc un “système inique qui consiste à imposer aux salariés de travailler sans contrepartie de rémunération”. Pour le syndicat, “la prise en charge de la dépendance nécessite et nécessitera un effort financier de tous. Cet effort devant être justement réparti. C’est-à-dire en fonction des facultés contributives de chacun, et non reposer quasi exclusivement sur les seuls salariés”

Y.G et N.T.

- Lundi, il ne faudra pas les contacter...
Puisque nous nous sommes posés la question de savoir si oui ou non le lundi de Pentecôte était férié, travaillé ou chômé... Nous avons décidé de contacter certains services pour savoir comment ça se passerait chez eux. Rares sont ceux qui travailleront lundi prochain. Les marmailles n’iront pas à l’école lundi, indique le rectorat. En revanche, les profs devront s’occuper comme ils l’entendent (journée de formation, réunion pédagogique...). A La Poste, à la Caf, au Trésor public comme chez EDF, tous les bureaux seront fermés lundi. Chacun rendra par la suite une journée. A la CGSS, les bureaux seront aussi fermés, mais le personnel a déjà fait sa B.A. Du côté des crèches communales, même discours. Les huit crèches de Saint-Denis, les trois de Saint-Pierre, celles de Saint-Benoît et les deux crèches de Saint-Paul resteront closes. Certaines familles devront donc s’organiser... Dans les mairies, il n’y aura pas grand monde non plus. En tout cas à Saint-Benoît, Saint-Pierre et Saint-Paul, l’affaire est entendue. Tout comme à la mairie de Saint-André qui informe dans un communiqué “que le lundi 24 mai tous les services municipaux seront fermés. Les bureaux seront de nouveau ouverts aux horaires habituels dès le lendemain, le mardi 25 mai”. La préfecture sera également fermée, comme la plupart des services de l’Etat. Le détail des administrations concernées par la fermeture est attendu demain. Une exception toutefois, dans les transports en commun, les cars jaunes fonctionneront lundi avec les mêmes horaires qu’un dimanche. Le service sera donc restreint. L’entreprise récupère ce qu’elle a versé en supprimant une journée de RTT. “Ça été très chaud à mettre en place au début, mais maintenant, c’est facile à organiser, assure Yannick Bonnefond directeur du GIE Activ. On a retrouvé de la souplesse en remettant férié le lundi de Pentecôte.” Même constat pour David Hoarau, directeur d’exploitation de la Sodiparc : “Lorsque tout le monde travaillait le lundi de Pentecôte, la plupart des bus roulaient à vide

 

Week-end de Pentecôte : les Français repartent

Autonews, 20/5/2010

bouchon
A la veille des départs du week-end de Pentecôte, Bison Futé a livré ses prévisions pour la fin de semaine. Force est de constater que les Français ont à nouveau inclus le lundi de Pentecôte dans leurs jours de congés, puisque les départs sont annoncés orange vendredi, et même rouge en partie dans le sens des retours.

Les prévisions de Bison Futé pour le week-end de la Pentecôte ne sont pas alarmantes, mais le week-end de quatre jours est bel et bien de retour. Alors qu’avant 2004, cette période de congés était quasi systématique pour les familles françaises, la mise en place de la journée de solidarité le lundi de Pentecôte a forcément diminué le nombre de départs.

Du rouge vendredi
A nouveau chômé (avec souvent un RTT ou des congés forcés) pour la plupart des Français, le lundi de Pentecôte du 24 mai prochain bénéficie en plus d’une météo annoncée clémente, voire chaude. Du coup, les départs sont annoncés orange sur les routes au niveau national vendredi, et même rouge en Ile-de-France ainsi que dans le quart sud-est (dont la région Rhône-Alpes).
Les départs seront encore à l’orange sur l’ensemble du territoire samedi, avant de reverdir pour la fin du week-end. Par voie de conséquence, les retours seront eux aussi orange pour la journée du lundi 24 mai, au niveau national. En revanche, vendredi, samedi et dimanche sont annoncés vert dans ce sens

Partir en décalé, cela peut sauver
Comme le veulent les règles de vigilance en voiture, pensez bien sûr à vérifier l’état de votre véhicule avant de prendre la route, quelle que soit la distance à parcourir. En ces premières chaleurs importantes, hydratez-vous régulièrement, surtout en cas d’arrêt prolongé dans les embouteillages. Le plus simple restant quand même de partir hors des périodes déconseillées par Bison Futé…

 

Qui se souvient de la journée nationale de solidarité ?

Localtis, 18 mai 2010

ferme-lundi
Le lundi 24 mai marquera à la fois la Pentecôte et la septième édition de ce qui aurait dû être la journée nationale de la solidarité. Celle-ci a en effet été mise en place en 2004, après la canicule de l'été 2003 qui a provoqué le décès de 15.000 personnes âgées. L'objectif était alors d'améliorer le financement de la prise en charge des personnes âgées dépendantes. Le principe est celui d'une journée travaillée par les salariés mais non payée, en contrepartie de laquelle les employeurs - publics et privés - versent une "contribution de solidarité pour l'autonomie" (CSA) de 0,3% de la masse salariale. Les revenus du capital sont également soumis à ce prélèvement de 0,3%, à l'exception de l'épargne populaire (comme le livret A). Les sommes ainsi recueillies sont gérées par la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA). Elles sont affectées, pour 60%, aux personnes âgées (40% pour le financement des établissements et services, et 20% pour l'allocation personnalisée d'autonomie, en soutien aux départements) et pour 40% aux personnes handicapées (26% pour le financement de la prestation de compensation du handicap et des maisons départementales des personnes handicapées, et 14% pour le financement des établissements et services médico-sociaux).

L'idée de départ était de supprimer, au niveau national et pour l'ensemble des salariés, le jour férié correspondant au lundi de Pentecôte. Mais cette idée a très vite tourné court, la suppression de ce jour férié cédant rapidement la place à différents accommodements. L'abandon du travail le lundi de Pentecôte par les administrations a eu un effet immédiat sur le secteur privé, la fermeture des crèches et des écoles contraignant nombre de parents à ne pas travailler ce jour-là. Cette journée nationale de solidarité "à la carte" a été définitivement entérinée par la loi du 16 avril 2008 relative à la journée de solidarité (voir nos articles ci-contre). Revenant sur le projet initial, celle-ci laisse en effet le champ libre à toutes les solutions : travail d'un jour férié précédemment chômé (autre que le 1er mai), abandon d'une journée de RTT, ou encore toute modalité permettant le travail de sept heures précédemment non travaillées, autre que les congés annuels (ce qui a donné lieu à quelques solutions baroques, comme celle consistant à travailler officiellement deux minutes de plus par jour...).

A l'approche de la journée de Pentecôte - pourtant désormais travaillée par moins de la moitié des salariés -, la CNSA publie néanmoins un "mode d'emploi de la journée nationale de solidarité". Celui-ci rappelle que si le projet d'origine s'est un peu perdu, la CSA de 0,3% n'a pas disparu pour autant. Avec 2,21 milliards d'euros de recettes en 2009, elle représente en effet 12,3% des ressources de la CNSA. Elle a ainsi rapporté plus de 10 milliards d'euros entre 2005 et 2009. Cette recette est donc loin d'être négligeable. Mais son montant stagne depuis trois ans, alors que la CNSA affiche ses premiers déficits. Le montant de 2,21 milliards d'euros enregistré en 2009 est en effet équivalent à celui de 2007 (2,22 milliards d'euros) et inférieur à celui de 2008 (2,29 milliards d'euros). La CNSA explique le recul entre 2008 et 2009 par le fait que l'assiette de la CSA - constituée de la masse salariale et des revenus du capital - a "logiquement diminué avec la crise économique".
 
Jean-Noël Escudié / PCA

hot8 Français sur 10 contre la taxe Pentecôte.

76% des Français opposés à cette «journée de solidarité», selon le sondage Louis Harris du 2 mai.

AP | 02.05.05 | 19:44 - PARIS (AP) -- Plus des trois quarts des Français (76%) considèrent que la suppression du lundi de Pentecôte chômé, «journée de solidarité» décidée par le gouvernement, va plutôt dans le mauvais sens, selon un sondage Louis-Harris pour «Yahoo!», «Libération» et «I-Télé» rendu public lundi.

A l'inverse, seulement 18% des personnes interrogées trouvent que cette solution destinée à venir en aide aux personnes âgées et handicapées va plutôt dans le bon sens, tandis que 6% ne se prononcent pas.

(sondage réalisé par téléphone les 29 et 30 avril auprès d'un échantillon de 1.001 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus - méthode des quotas). AP

79% des français demandent toujours au Gouvernement de maintenir le caractère férié du lundi de Pentecôte

(sondage Expression Publique au 24 mai 2005, dont les résultats sont transmis à Mme Vautrin, secrétaire d’Etat aux personnes âgées : voir les résultats.)

rugbyToute l’équipe de Rugby du FC Auch Gers (Pro D2)
soutient fièrement le lundi de Pentecôte !

 (Le joueur sur la gauche est Hamid Arif.) - Merci à Benoît, de Chatou, pour la photo, et à Stéphane (Adishatz a tots !) de la Peña Lou Tessoun, pour l’identification !

Il ne s’agit pas, bien sûr, de refuser d’être solidaire, mais une “solidarité” sélective, qui ne concerne que les salariés, ne peut être appelée “Solidarité”.

Le travail obligatoire non rémunéré instauré par la taxe Pentecôte est une pratique inacceptable réprouvée par de nombreux textes signés par la France : tout travail mérite salaire.

Enfin, la taxe Raffarin ne règle rien au problème de la dépendance, et cause un préjudice grave autant qu’inutile à la vie sociale de toute la la France.

Message de dd3150 08/10/07 : Il serait bien de mettre à jour votre portail!! Le FC Auch est maintenant dans le TOP14... (arborera t-il le même maillot?? çà serait bien...)
 

 

VOS REACTIONS

Fleche_rouge2_GInsérer votre réaction !

 

Fleche_rouge2_G Voir toutes les réactions

 

hotLes archives Pentecôte

Vous les trouverez dans cette section

 

hotJusqu’où iront-ils :
Après le raffarinage du lundi de Pentecôte,
le travail du dimanche obligatoire ?

L’histoire du lundi de Pentecôte ne leur a pas suffi, “ils” veulent maintenant supprimer le repos dominical !

Voici ce qui est écrit dans le programme officiel de l’UMP (UMP - programme législatif 2007, proposition n°8) :

    "Permettre aux maires d’autoriser l’ouverture des commerces le dimanche, sous réserve du volontariat et de la juste rémunération des salariés concernés, pour que chacun soit libre de consommer ou de travailler le dimanche."

“Volontariat”, “juste rémunération”, quel naïf peut encore croire à ces fadaises politiciennes ?

Non seulement les braves de l’UMP veulent que les commerces ouvrent le dimanche, mais en plus, ils veulent faire porter le chapeau aux maires. Bravo...

Après le lundi de Pentecôte, le travail du dimanche ? Où s’arrêterons-ils, ces technocrates blafards qui veulent absolument transformer l’homme en un consommateur standardisé, lobotisé - nous nous souvenons des propos de M Le Lay - , taxé sous tous les bords, travaillant 25 heures par semaine et 365 jours par an, et consommant consciencieusement, selon les ordres ?

Le CAL recommande l’excellent site
sur le travail du dimanche :
http://www.travail-dimanche.com/

 

hotVerbatim du 6 mai 2008

Jean-Pierre Raffarin, rencontré inopinément ce mardi 6 mai 2008 par Etienne Neuville, Secrétaire Général du CAL, lui disait : “Pour le lundi de Pentecôte, je me suis trompé, mais tout ça c’est fini, ça tombe bien, j’adore la corrida !”. Tout n’est pas fini, M. Raffarin, mais nous avons apprécié la sincérité de la répartie !

 

Pari Gagné
pour la Pétition Pentecôte !,

+ de 150.000 signatures pour la Pentecôte libre !

Plus de 150.000 personnes, soutenant à la pétition ouverte sur le site du CAL, demandent au Gouvernement, l’abrogation pure et simple de la loi Raffarin sur le Lundi de Pentecôte !

Merci à tous les supporters du CAL !

 

Pari Gagné
pour la Pétition Express 2007 !,

+ de 10.000 signatures en 10 jours !

10.000 personnes, en 10 jours, grâce à la pétition ouverte sur le site du CAL, demandent au Gouvernement, après les 150.000 signatures déjà recueillies par le CAL en 2004, d’abroger cette loi ridicule et scandaleuse du lundi de Pentecôte, et de mettre en place des mécanismes sérieux, justes, et pérennes pour répondre au défi de la dépendance !

Merci à tous les supporters du CAL !

needle11a

 

 

29/01/08 : Le lundi de Pentecôte, LIBÉRÉ !

Cette fois, ça y est, c’est sûr : le lundi de Pentecôte redevient chômé dès cette année !

lundi_pentecote
La place Raoul Dautruy, qui avait été rebaptisée Place du lundi de Pentecôte, lors de la seconde manifestation organisée par le CAL (Paris, 30 Novembre 2003)
Le bruit remplissait les couloirs des rédactions depuis quelques semaines. D’abord la sortie du rapport d’Eric Besson, à l’occasion de laquelle le CAL avait remis un rapport d’étude complémentaire, accompagné de quelques 10.000 signatures recueillies en 10 jours, et d’une lettre ouverte au Président Sarkory. Puis le soutien de Xavier Bertrand au rapport d’Eric Besson, lors des voeux que ce dernier avait adressé à la presse. Et enfin, ce jour (29/1/08), la confirmation par François Copé, qui annonce le rétablissement du caractère chômé du lundi de Pentecôte, dès cette année ! De nombreux articles de presse font état de cette information.

Il aura fallu au CAL 4 ans d’opiniatreté, la signature de plus de 160.000 pétitions, le soutien et la collaboration de nombreuses associations, de maires, de journalistes, d’élus locaux, de sénateurs, de 110 députés de tous bords, trois manifestations publiques, l’appui d’une grande centrale syndicale, un site Internet affichant plus de 800.000 connexions, plusieurs rapports d’étude (dont la qualité a été saluée par Dominique de Villepin), le tout soutenu par une organisation 100% bénévole, pour que la validité de ses positions, tenues dès novembre 2003, soit reconnue. Le CAL adresse ici ses remerciements les plus chaleureux à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont permis ce retour au bon sens !

vive_la_france

Entendu sur France Info :

- fin du bazar, mais permanence de l’impôt

 

- Le retour du jour férié : très apprécié !

 

- La réaction de la CFTC :

 

- La réaction des Nîmois :

 

 

La dépèche de Reuters annonçant le retour du lundi de Pentecôte

logo_reutersJanuary 29, 2008 12:53:15
(Complété avec précisions de F Copé)
PARIS, 29 janvier (Reuters) - Le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Jean-François Copé, a annoncé mardi le rétablissement dès cette année du lundi de Pentecôte comme jour férié et chômé.

Le groupe UMP déposera en ce sens un texte qui sera soumis aux parlementaires après les élections municipales des 9 et 16 mars prochains.

"Ce sera une proposition de loi qui sera déposée par Jean Leonetti", le premier vice-président du groupe qui avait travaillé sur ce sujet durant la précédente législature, a-t-il annoncé.

"Tout en rendant le lundi de Pentecôte à nouveau férié, il ne s'agit pas pour autant de revenir sur le principe de la journée de solidarité", a-t-il déclaré lors de son point de presse hebdomadaire à l'issue de la réunion de son groupe.

"Il est important qu'il n'y ait aucune ambiguïté là-dessus. La journée de solidarité existe. Il s'agit bien pour chaque salarié de travailler l'équivalent d'une journée de plus pour exclusivement financer la solidarité en faveur des
ministere_travail
Jean Dionnot, PA de Malleray, Etienne Neuville, Ministère du Travail, 7 septembre 2007
personnes âgées et des personnes handicapées", a souligné le président du groupe UMP.

"L'idée est d'introduire un facteur de flexibilité et une souplesse en n'imposant pas le lundi de Pentecôte", a-t-il ajouté.

Interrogé par Reuters pour savoir quand cette proposition de loi sera examinée par le Parlement, le "patron" des députés UMP a précisé qu'elle serait déposée après les élections municipales de mars.

Il a rappelé que le calendrier parlementaire était très chargé jusqu'à la suspension des travaux du Parlement, à partir du 9 février et pour une durée de six semaines, en raison des élections municipales et cantonales des 9 et 16 mars.

"La décision est prise et il est important que les Français le sachent, y compris pour prendre leurs dispositions pour le lundi de Pentecôte de cette année", a-t-il poursuivi. "C'est applicable dès cette année", a-t-il confirmé.

Mise en place après la canicule de l'été 2003 par le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, cette journée de solidarité pour les personnes âgées et dépendantes a toujours fait débat et était appliquée très inégalement dans les entreprises privées comme publiques.

Elle rapportait deux milliards d'euros à l'Etat. EPI/PL (Emile Picy)

 

Le communiqué de la CFTC, en première ligne dans ce dossier
manif_cal
Les jeunes de la CFTC, qui étaient venus soutenir le CAL à la manifestation de novembre 2003 © Cliché Olivier Peix

Lundi de Pentecôte : Encore un effort !

La CFTC est satisfaite d’avoir été entendue par Xavier BERTRAND, Ministre du travail, qui va mettre fin au grand bazar du lundi de pentecôte, en rétablissant le caractère férié et chômé de cette journée. Pour autant, tous les problèmes liés à la journée dite « de solidarité » ne sont pas réglés.

La CFTC s’oppose fermement au principe qui vise à obliger les salariés à travailler sans contrepartie de rémunération, principe qu’elle a attaqué devant les juridictions européennes.

Principe pour le moins contradictoire, avec celui de « travailler plus pour gagner plus », cher au Chef de l’Etat.

Le financement de l’autonomie, n'est pas équitable puisqu'il repose quasi exclusivement sur les salariés, via une taxe sur les salaires de 0,3%, prélevée mensuellement. Il ne pourra pas être durable non plus, les besoins actuels et à venir dépassant le montant des sommes collectés pour la CNSA (Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie).

La CFTC estime que c’est l’ensemble de nos concitoyens qui doit assurer le nécessaire effort de solidarité envers les personnes âgées et handicapées et ce, proportionnellement à leur facultés contributives.

Paris, le 29 janvier 2008.
Contact : Joseph THOUVENEL, Secrétaire Général Adjoint 06.80.06.55.54

 

Des nouvelles de la pétition-express !

Pari gagné pour lé pétition-express d’Octobre 2007 : plus de 10.000 signatures en 10 jours !

Nous avons terminé leur traitement : élimination des doublons, et lecture attentive pour en faire une synthèse des idées principales.

Nous présentons les signatures telles qu’elle sont sur le site, c’est à dire à l’état brut : sauf les doublons, elles figurent TOUTES dans l’édition finale, y compris celles des deux personnes - sur 10.566 !) qui se sont exprimés pour la suppression du Lundi de Pentecôte !

Nous les transmettons à M Sarkozy, et les remettons ce samedi 10 novembre 2007, en main propres, à M Xavier Bertrand, accompagnées d’une lettre ouverte bientôt disponible sur le site !

documents
 DOCUMENTS

 

Dominique de Villepin à propos du lundi de Pentecôte :
“Si vous voulez me faire dire que l'on peut faire mieux, je suis d'accord avec vous !”

De l’avis même du chef du gouvernement, la question du lundi de Pentecôte a été bâclée. Il en a évoqué, dans son discours de Chartres, les "incohérences" et les "difficultés"

"Si vous voulez me faire dire que l'on peut faire mieux, je suis d'accord avec vous", a-t-il lâché, ce 31 mai 2006, à Chartres ! (AP).

 

Mort de rire...

Fleche_rouge2_G ... parce que l’humour ne doit pas être oublié !

CAL_Banner_02

Collectif des Amis du Lundi (CAL) - www.lesamisdulundi.com
Libre reproduction autorisée et souhaitée, avec mention d’origine, merci !
dernière mise à jour de cette page le jeudi 24 juin 2010